Ro6gnol gazouillis en vrac

18Juil/122

Justice et dignité : Libérez Philippe El Shennawy

Après 37 ans de prison, Philippe El Shennawy a décidé de se laisser mourir

http://www.politis.fr/Prison-le-combat-continue-pour,18944.html

Update du 14/12/2012
Tentative de suicide après un refus d'aménagement de peine : http://www.liberation.fr/societe/2012/12/13/peine-sans-fin-pour-philippe-el-shennawy_867529

Share Button
Commentaires (2) Trackbacks (0)
  1. Autopsie d’une mort annoncée.
    La justice a condamné une psychiatre pour homicide involontaire; son crime: ne pas avoir diagnostiqué la dangerosité de celui qui allait assassiner le compagnon de sa grand mère.
    Marc Machin vient d’être acquitté pour un meurtre dont la justice l’avait déclaré coupable à deux reprises avant qu’il n’obtienne la révision de son procès.
    La justice, dans le même temps, condamne l’erreur d’appréciation qu’elle juge criminelle et elle reconnaît s’être aussi trompée.
    Il y a un rapprochement évident entre cette actualité judiciaire récente et le drame de Philippe El Shennawy aujourd’hui au seuil de la mort, seule alternative à sa grâce.
    La justice a contribué à en faire un évadé et un récidiviste en refusant, en son temps, d’envisager et de rechercher les preuves de son innocence qui sera trop tardivement avérée.
    Ce déni d’investigation et de jugement l’a plongé dans la marginalité et une délinquance inévitable.
    Cette faute de jugement a eu des conséquences criminelles, puisqu’elle l’a conduit de nouveau devant une cour d’assises pour vols!
    En l’accusant, à l’époque, d’un crime qu’il n’avait pas commis, ni même reconnu, la justice a privilégié une vérité « élaborée », à la vérité objective.
    Un jugement est bon non seulement quand il est objectivement justifié mais aussi quand il est compréhensible et acceptable.
    Philippe El Shennawy est aussi la victime d’une justice désastreuse.
    Qui paiera le prix de sa mort annoncée?
    Comme l’a révélé le dernier procès de Marc Machin condamné par erreur à 2 reprises, c’est la voix de la victime portée par son avocat qui a été la plus juste et la plus humble.
    Philippe El Shennawy, au seuil de la mort est déjà une victime, la justice acceptera t elle de l’entendre enfin?

  2. Je connais Philippe ELSHENNAWY depuis 15 ans et lors de ma dernière visite à POISSY il m’a donné l’autorisation de parler en son nom. Philippe sera libre avant le début de l’année 2013, il est déjà libre d’avoir pris cette décision. Il sera libre parce que vous aurez entendu l’inéquité de sa situation ou parce que vous ne l’aurez pas admise. Si nous, ses amis, ses avocats d’aujourd’hui et d’hier, sa famille surtout, continuons à vouloir que notre système judiciaire entende la voix des hommes derrière les barreaux, Philippe, quant à lui, a franchi le dernier pas. Il n’est plus question pour lui d’endosser le costume du prisonnier et de jouer le jeu de la justice, il regarde depuis le poulailler la scène de théâtre dont il est le sujet principal avec le détachement d’un sadhu. Les promesses non tenues ont affermi sa détermination de reprendre le contrôle sur une vie soumise à l’administration pénitentiaire et il n’y a plus ni révolte, ni rébellion, encore moins de chantage, car il n’y a plus de compromission, plus de dialogue. Le dialogue l’a mené là où il est, dans la situation d’un homme trahi, promené par un système judiciaire qui fait fi de l’humanité. Cet homme de bien, dont le casier judiciaire ne peut résumer la valeur, sera perdu pour tous ou nous sera rendu pour le meilleur. Cette décision est désormais toute entière entre vos mains. Qu’avons-nous à gagner avec sa mort? Rien, alors que la paix qui l’habite aujourd’hui aurait tant à apporter si vous l’autorisez à vivre.


Leave a comment


six + 5 =

Aucun trackbacks pour l'instant